Bonjour Gaelle, parles-nous un peu de toi, quel est ton parcours et comment as-tu décidé de lancer et créer ta marque de bijoux ?

Après avoir fait mes études en sciences sociales et fini avec un Master en sociologie de la culture et de la communication je suis allée travailler dans l’industrie horlogère.

Je travaillais à l’ordonnancement pour une entreprise de fabrication de mouvement. Je voyais donc arriver la matière première en barre ou en ruban et la suivait tout au long de ses transformations. Je dois dire que c’est vraiment à ce moment-là que j’ai pris un intérêt dans la transformation de matière – comme si elle était sublimée par le travail de l’Homme. Je suis donc allée prendre un cours de bijouterie Art Clay avec en tête l’idée d’un jour créer ma propre entreprise.

C’est en septembre 2014 que j’ai fondé la société Colayco Sàrl avec le soutien de ma famille et de mes amis. L’idée était de proposer des bijoux au design épuré et simple à porter à un prix abordable et de qualité « Swiss made ».

Après plusieurs essais de moyens de fabrication et matières, j’ai fini par me recentrer sur une fabrication artisanale de bijoux essentiellement en argent.

Est-ce une activité à temps plein, une activité passion ou un à côté que tu aimerais développer ?

Depuis juin 2017, j’ai pu en faire mon activité principale à temps plein.

Quelle est l’histoire derrière le nom de ta marque Colayco?

Comme au début nous partions dans une idée de business familial, j’ai choisi le nom de jeune fille de ma mère. Je trouvais que le nom se prêtait bien à une marque de bijoux et en plus, venant d’une famille d’entrepreneurs, qu’il me porterait chance !

Comment définirais-tu ton univers en quelques mots et où trouves-tu ton inspiration ?

Je propose des bijoux simples et faciles à porter que l’on peut facilement assortir avec nos tenues de tous les jours. Pour l’inspiration, je me laisse souvent guidée par l’humeur du moment.

Autrement, j’ai organisé ma boutique pour qu’elle soit accueillante et pour pouvoir répondre rapidement aux demandes de mes clientes. Je trouve très important d’être à l’écoute et de respecter l’individualité de chacun.e.

Est-ce qu’il y a une matière que tu privilégies ? Pourquoi ?

Je privilégie l’argent car je trouve que c’est une matière qui vieillit en encapsulant notre histoire. J’ai toujours aimé cette matière pour mes propres bijoux déjà à l’époque où je n’en fabriquais pas encore. Aussi, elle permet une grande diversité de moyens de fabrications et donc laisse très libre au niveau de la création.

Je crois savoir que tu es autodidacte (oui vous avez bien lu !), comment t’es-tu formée au métier de bijoutière, quel est ton secret?

J’ai donc commencé avec deux cours de Art Clay, puis un cours de filigrane de Russie (6 jours de formation en tout). Pour le reste, j’ai exercé dans mon atelier avec la détermination de réussir ! J’ai par la suite travaillé à temps très partiel pour une bijoutière à Neuchâtel qui connaissait mon parcours et me montrait des techniques qu’elle savait que je ne connaissais pas. Mais c’est vraiment avec la pratique et les erreurs que j’ai appris.

Si tu devais choisir un outil qui te définirais, lequel serait-il et pourquoi ?

Le marteau. C’est mon outil de prédilection pour la décoration de mes bijoux. Une fois de plus, je pense que je suis attirée par le paradoxe d’embellir la matière avec un outil que nous connaissons habituellement pour planter des clous ! Aussi, il permet justement une spontanéité dans le décor et marque des facettes qui réagissent en fonction de la lumière. Au fond, j’essaye d’embellir la matière en toute simplicité et irrégularité.

 

Quelle est la création la plus folle que tu aies réalisée ?

La création sur le thème « Comme sur un fil » au Salon Unicréa : j’ai fabriqué une mini corde à linge avec des chaussettes, un slip et une liquette en argent.

Quels conseils donnerais-tu à une personne qui aimerait se lancer ?

Il faut croire en soi et rester déterminer. Prendre les conseils qui nous parlent et laisser le reste.

Que peut-on te souhaiter de réussir pour cette année, as-tu des projets particuliers pour 2018?

J’aimerais sortir une collection or jaune. Bon.. et aussi que la boutique continue sur son élan !

La gourmandise est un des petits plaisirs de la vie, as-tu une spécialité de ta région à nous partager ?

J’ai, presque en face de la boutique, une chocolaterie qui propose des « S » en chocolat à mourir..

As-tu une citation ou un mantra qui guide tes pas dans cette aventure?

C’est en forgeant qu’on devient forgeron!

 

Merci Gaelle !

Réponses