Je suis heureuse de vous présenter une jeune créatrice et sa marque de fabrique, L’Etincelle, pour ce nouveau ialooreportage. Par les temps qui courent, je n’ai malheureusement pas pu la rencontrer mais je me réjouis d’y remédier !

Bonjour Aurore, parles-nous un peu de toi, quel est ton parcours et pourquoi as-tu décidé de lancer et créer ta marque ?

Depuis mon plus jeune âge, mon âme créative ne m’a jamais quittée. Je dessinais, travaillais le bois, faisais des collages, écrivais, brodais, cousais: cela variait selon les passages de ma vie. Pendant quelques temps, je n’avais plus de temps à consacrer à cela, car je dédiais tout mon temps à mes études universitaires en psychologie sociale et appliquée (prévention des risques et promotion de la santé). Et puis un jour, en février 2018, du haut de mes 24 ans, L’étincelle a jailli. Depuis, cette envie de créer ne me quitte plus et me permet de m’épanouir.

Est-ce une activité à temps plein, une activité passion ou un à côté que tu aimerais développer ?

Je rêverais d’en faire mon activité à plein temps et peut-être qu’un jour je pourrais atteindre ce rêve, mais pour le moment c’est un à côté que je développe petit à petit en parallèle de mes deux emplois (assistante RH dans une haute école et assistante de recherche dans le domaine de l’addiction).

Quelle est l’histoire derrière le nom l’Etincelle ?

Comme dit plus haut, je suis une personne créative de base. Avec mes études universitaires et certains événements de ma vie, cette créativité s’est un peu enveloppée dans une parenthèse de ma vie. Mais au début de l’année 2018, cette créativité est revenue à la charge et comme j’aime tant le dire : « L’étincelle a jailli ». « L’étincelle » m’est venue comme une évidence en tête. Elle représente ce que j’ai réellement ressenti en moi : une envie soudaine de créer et qui perdure dans le temps. Elle me permet de m’épanouir un peu plus de jours en jours, de me développer et de me surprendre moi-même en en découvrant toujours plus sur mes capacités.

Comment définirais-tu ton univers en quelques mots et où trouves-tu ton inspiration ?

Mon univers est respectueux de l’environnement. En effet, L’étincelle a pour objectif de créer, dans la mesure du possible, à partir de matériaux recyclés, dans une démarche zéro déchet, en pratiquant l’upcycling. Tout est source d’inspiration, il suffit juste de voir le potentiel illimité que peut nous apporter tel ou tel matériel et laisser la créativité nous permettre de détourner l’usage premier.

Tes créations sont tournées sur le monde de l’enfance, as-tu une raison particulière?

Je ne sais pas vraiment pourquoi, au début, j’ai axé prioritairement mes créations sur l’univers de l’enfance. Peut-être parce que l’enfance pour moi fait référence à ce qui est coloré,  doux,  insouciant et créatif ?

L’Etincelle a fêté ses 1 an d’existence, comment te sens-tu ?

Le temps passe si vite. En février, L’étincelle n’a pas fêté ses 1 an, mais déjà sa deuxième année d’existence ! Je me sens excitée car l’aventure continue et évolue. Quand je regarde derrière moi, je me rends compte du chemin que j’ai déjà parcouru. Cela peut sembler dérisoire aux yeux de certains, mais aux miens c’est juste formidable. Le chemin est encore long, mais chaque pas en avant est une victoire par rapport au passé !

Si tu devais choisir un outil de travail qui te définirait, lequel serait-il et pourquoi ?

Sans hésitation, ce serait ma machine à coudre. Ma première machine à coudre, je l’ai reçue alors que je n’avais que 13 ans. C’est mon oncle et ma tante qui me l’ont offerte pour une occasion bien particulière. Elle vient de rendre l’âme  il y a quelques jours de cela. Et j’ai retrouvé le texte écrit par eux lorsqu’ils m’ont offert  cet outil si extraordinaire qu’est une machine à coudre. Voici un extrait qui vous fera comprendre pour j’ai choisi cet outil de travail pour me définir :

«  Les parallèles entre la vie de tous les jours et une machine à coudre sont plus nombreux qu’on ne le soupçonne au premier abord :

  • Pour la maîtriser, il faut de l’exercice, de la patience et de l’endurance.
  • Elle t’offrira alors des rencontres passionnantes avec des étoffes et des fils de différentes classes, auxquels tu sauras faire face grâce à ta virtuosité dans l’usage du ciseau et de l’aiguille.
  • Avec le temps, c’est toi seule qui décideras de ce que tu créeras, répareras et modifieras et de la manière dont tu voudras t’y prendre.
  • Certains de tes produits t’aideront à être à l’aise, à porter un uniforme ou à te déguiser.
  • Tu auras bien sûr des hauts et des bas, des zigzags, des allers et retours, tu feras des grands pas et des plus petits.
  • Tu mettras et remettras en place, entretiendras, nettoieras, tu vivras des moments de tension et démêleras des fils ou les couperas si nécessaires.

Nous te souhaitons que ton savoir-faire, ton habilité et ton talent d’accompagnent toute ta vie et te soutiennent dans la recherche de ton fil rouge personnel. »

Quelle est la création la plus folle que tu aies réalisée ?

Je ne sais pas si j’ai une création vraiment déjantée parmi mes produits. Mais en tous cas, il y en a bien une qui fait sourire mes clients : c’est le tipi pare-pipi. Pour ceux qui comme une majorité de mes clients l’ignorent, c’est un accessoire qui permet de changer les petits bonhommes tout en restant au sec. On le pose sur leur petit oiseau et hop : plus de fontaine de pipi 😉 C’est également un accessoire zéro déchet car après utilisation on le passe à la machine s’il est souillé et c’est reparti pour un tour !

Quels conseils donnerais-tu à une personne qui aimerait se lancer ?

« Tout vient à point à qui sait attendre », voilà le conseil que j’ai à partager avec vous.

Se lancer dans une telle aventure, se faire connaître, réussir à vendre, progresser. Pour tout cela, il faut du temps. Cela ne va pas se faire en un claquement de doigts. Il faut être patient ou du moins apprendre à l’être (c’est une personne qui a très peu de patience qui vous le dit). Quand on débute, on voit que ça fonctionne à merveille chez certaines créatrices qui croulent sous les commandes et on se dit que ce qu’on fait ne plait pas. Hors c’est faux. C’est justement sur un groupe de partage de créateurs sur Facebook que je me suis rendue compte qu’il y avait beaucoup de créateurs dans ma situation. Certains créateurs pour qui cela fonctionnait très bien expliquaient que c’était tout à fait normal, qu’ils étaient aussi passés par là et qu’il fallait être patient.

Que peut-on te souhaiter de réussir pour cette année ?

Pour cette année, j’aimerais avancer dans mes projets en cours, que ce soit sur internet ou lors d’événements où je pourrais faire de jolies rencontres et agrandir ma clientèle.

La gourmandise est un des petits plaisirs de la vie, as-tu une spécialité de ta région à nous partager ?

Bon, personnellement j’adoooore tout bêtement le chocolat. Mais bon, s’il y a bien une spécialité genevoise à recommander qui me vient en tête en cette fin d’année, c’est bien le gratin de cardon.

Merci Aurore ! Allez jeter un œil sur la boutique de L’Etincelle et je suis certaine que vous y trouverez quelque chose à offrir ou à vous offrir en cliquant ici !

Réponses